Autriche 2017 (1)

En route vers l’Autriche, beau voyage, juillet 2017. Bitche (passion Vauban, citadelle des XVII et XVIIIe siècles), Wissembourg (encore une petite Venise) avec une pause flammenküche de toute beauté au bord de l’eau sous les parapluiessols. Continuer par Laterbourg pour rejoindre l’ex-frontière avec l’Allemagne pile poil dans le coin tout là-haut…

Franchir très difficilement le pont sur le Rhin envahi de camions, mettre plus d’une heure à rejoindre Stuttgart en Bade-Wurtemberg  en repartir rapidos…

Visiter longuement le magnifique monastère de Maulbronn en Bade-Wurtemberg, (Fondée en 1147, l’abbaye cistercienne de Maulbronn est l’ensemble monastique médiéval le plus complet et le mieux préservé au nord des Alpes. Entourés d’un mur d’enceinte, les principaux bâtiments furent construits du XIIe au XVIe siècle. Le monastère, en grande partie construit à la charnière des styles roman et gothique, a eu une influence déterminante sur la diffusion de l’architecture gothique dans le centre et le nord de l’Europe. En outre, le monastère a conservé un remarquable système de gestion hydraulique par canaux et réservoirs.)

Ne pas arriver à se garer à Schwäbisch Hall, rejoindre l’Einkorn gasthaus en pleine forêt, y déguster des spätzle de première classe et dormir comme des loirs. Retourner le lendemain matin à Schwäbish Hall et se régaler sous le soleil dans cette belle cité médiévale puis rouler vers Regensburg, Ratisbonne en français (cf. Napo, encore et toujours). Crever en route, trouver un garage, attendre sous un soleil de plomb que deux abrutis réparent en prenant leur temps et en faisant bien sentir qu’ils terminent à 17h et que les français, comment dire… z’ont qu’à parler allemand ou rester chez eux. Ratisbonne donc, sa vieille ville, son Danube (rendez-vous compte, LE Danube !) et, pour ce soir, son petit restau en bord d’eau, presque sous le magnifique Steinerme Brücke (qui fait tant penser au pont Charles de Prague) pour déguster à gogo les Historische Würststuck sur lit de choucroute, le tout arrosé d’un petit blanc, miam !

A suivre.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *