Il y a grue et grue !

Pas tellement cendrée, celle-ci ! En clin d’oeil à Milton-Edouard, sous la photo un petit écrit totalement loufdingue mais qui me plaît bien !

Les pieds dans le ciment

Les deux pieds enfoncés dans le ciment tout frais
J’attends tranquillement que celui-ci durcisse
Une heure suffira et après je me glisse
Dans l’eau de cette mare où je m’enfoncerai
Pour ne pas me rater il eut fallu qu’il pleuve
Quelques jours, quelques nuits, hélas! il n’a pas plu
Dans la vase, enfoncé, le corps à demi nu
Ce n’est pas aujourd’hui que pleurera ma veuve
J’ai de l’eau jusqu’au cou, mais ne m’enfonce plus
Prisonnier du ciment dans la vase gluante
Pour réchauffer mon corps je m’agite et je chante
Mais le son passe mal à travers les feuillus
Enfin n’en pouvant plus comme le bûcheron
Je songe à mon malheur mais j’aime trop la vie
Plutôt que de mourir j’ai choisi la survie
Le ciment de nos jours bien souvent nous alarme
Je plains les habitants des maisons de maçons
Car en forçant un peu j’ai eu mes ripatons

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.