Le virus couinant

2016, y’a d’la bonne année dans l’air, non ?

Mais le fort vicelard virus couinant ricane en coulisse et fsapppp cogne et m’oblige à partager ses sales draps quelques jours. A peine remise, refssssaappppp  kikou c’est lui et voilà 10 nuits et 9 jours qu’il me colle, m’enroule, me lichouille, me crachouille dans les sinus les bronches les pores les zoreilles son venin putride et qu’il résiste de toutes ses forces gluantes aux soins qu’on me prodigue.

Vade retro, merdouillis glaçant !

image

 

 

 

6 thoughts on “Le virus couinant

  1. courage,copine….si tu as besoin je peux t’apporter de la soupe maison…biz

  2. Ouais…
    Dimanche dernier je me suis « envoyé » une fièvre de cheval: 40° que je vous dit, et cela malgré le réchauffement planétaire. Donc, il y a danger entre le Perray (en Yvelines) et l’Auffargis, « cé p’tête bin que le vent »… mais oui c’est donc bien sûr, le vent était au Sud…
    J’avais déjà remarqué qu’il existait un fort lien de sympathie entre Auffargis et le Perray (J’ai des ancètres qui viennent de là bas !)
    Mon toubib m’a dit qu’il y avait une espèce de grippe qui rôdait dans les parages, aviaire ? Pour moi ce serait normal, mais pour les autres ?
    Pour celles et ceux qui n’ont pas encore partagé notre bonheur, bon courage ! Laissons le temps faire son ouvrage…
    MJM

  3. Toujours trop sympa la Fargussienne , même avec les virus vicelards.
    On ne se refait pas…
    Et je ne te dis pas bone continuation !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.