Qui a dit qu’il y avait des champis hallucinogènes ? Récit de MJM

30 septembre 2015 : « Bon, remis des mes émotions, voici le récit de mon incroyable rencontre :
———-

Maintenant que je suis revenu de ma surprise, je vais vous raconter cette étonnante rencontre : de la pluie, un temps plutôt encore chaud, y’a rien à redire : c’est un temps à champignons. Me voici donc rendu en forêt de Rambouillet de bon matin et après avoir garé (ou plutôt dissimulé mon increvable Mégane de chez Renault : entre nous : 13 ans et contrôle technique sans contre-visite) dans un coin que je ne vous révélerai pas, non, non et non (secret de professionnel).

Quelques beaux champignons dans mon panier : cèpes, girolles, trompettes des morts et un magnifique cèpe de Bordeaux (je ne ramasse pas les bolets Satan ni les amanites phalloïdes car ça sali les casseroles), je ressens une étrange impression comme si quelqu’un m’épiait, serait-ce un satyre ? (on rencontre de tout dans les bois), je me retourne doucement prêt à faire le coup de poing, faut jamais se laisser impressionner, et, … mon Dieu, je n’avais vu cela depuis ma naissance (et pourtant je ne suis vraiment plus jeune du tout, mais parlons d’autre chose, n’est-ce pas…), et que vois-je… je me frotte les yeux des fois qu’il y aurait de la brume (comme dans tous les sous-bois), deux espèces de bestioles comme on n’en voit que dans les contes de fées et aussi sur une tapisserie en sept tableaux je crois bien. Il faut dire que sous le coup de la surprise j’avais lâché mon panier, elles me regardaient droit dans les yeux, saperlipopette, à quelques mètres de moi, bien plantés sur leurs huit pattes (il y avait deux, oui deux bestioles toutes blanches).

Ne sachant que faire, je sais qu’au Moyen-Age seule les damoiselles vierges pouvaient les approcher sans crainte, mais moi, que faire ? Je tends la main vers ces créatures en leur parlant doucement, mais les deux licornes, car c’était bien des licornes (des fois appelées aussi des unicornes), sont doucement reparties d’où elles venaient tout en caracolant dans le sous-bois.

J’ai ramassé mes champignons, mon cèpe de Bordeaux s’était brisé dans sa chute, que je remis dans mon panier. J’ai regardé dans la direction où elles avaient disparu, mais je n’ai plus rien vu. Je ne sais même pas s’il s’agissait d’un couple, j’étais bien trop surpris pour m’en enquérir.

Ah ! J’oubliais, quand je vais aux champignons, j’emporte toujours mon appareil photographique pour le cas où je découvrirais un champignon inconnu…

MJM »

25 septembre 2015 : Michel Jack, grand reporter de la Chrochro nous affirme : « En allant aux champignons en forêt de Rambouillet hier, regardez ce que j’ai rencontré. »

LicorneEuh… MJM, bons, les magic mushrooms ? J’attends avec impatience ton récit détaillé de la rencontre !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.