Le faisan celte et l’ivresse des grands départs

J'étais sur la route...« Je m’en allais, les poings dans mes poches crevées… La victoire en chantant, m’ouvre la barrière, la liberté gui-ui-de mes pas, et du nord au midi… O Breizh, ma bro, me ‘gar ma bro. Tra ma vo mor ‘vel mur ‘n he zro, Ra vezo digabestr ma bro…  » Mais qu’est-ce que je raconte, nom d’un faisan même pas doré ! L’ivresse des grands départs m’a cogné à la crête que j’ai petite mais avide d’espace interceltique voire intergalactique. Même pas besoin de vieille charrue pour avancer, ma bombarde au bec je trace la route, tout seul toute la sainte journée.

  • Barrière survolée : ok
  • Route dégagée : ok
  • Direction plein ouest : ok
  • Provisions : ok
  • Boisson : ok
  • Résistance voûte plantaire : ok
  • Alan, j’arrrrrrive !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.