25 décembre au Portel (Boulogne-sur-Mer)

Et oui, le 25 décembre 2013, sous un soleil radieux, Boulogne était belle et désertique. Quant au Pontel, le quartier était beau et déserté, sauf… A suivre.

Sur le site de l’OT : « Le Fort de l’Heurt a été édifié en 1803 par Napoléon Bonaparte.   » Heurt  » tire ses origines  » d’heustrière  » ce qui signifie  » île aux huîtres « , puis au fil des ans est devenu  » heustre  » et enfin  » heurt ». Le projet de construction du fort de l’Heurt fut arrêté par Bonaparte le 30 germinal an XI (20 avril 1803), et la réalisation des plans fut confiée au lieutenant colonel Dode, Sous-Directeur des fortifications. Le 4 prairial (24 mai), les travaux commençaient sous la direction du capitaine du génie Gouville et les premières pierres étaient posées, entamant ainsi la construction de la maçonnerie du fort. Après bien des dommages dues aux tempêtes et aux attaques incessantes des Anglais, le fort fut enfin opérationnel le 16 juillet 1804. Il avait pour but de protéger par le sud le mouillage de la flottille du Camp de Boulogne et avait un jumeau qui se trouvait à la pointe de la crèche.Napoléon Bonaparte leva le camp en 1805, et il fallut attendre la seconde guerre mondiale pour que le fort retrouve son unité militaire.« 

Passionnant ! Lire le reste : http://www.ville-leportel.fr

Napoléon – site de la ville : « En choisissant Boulogne comme base de ses préparatifs pour l’invasion de l’Angleterre, Napoléon, alors Premier Consul, y installe le Camp de Boulogne (1803-1805). Le projet militaire n’aboutit pas, mais la ville et ses alentours ont gardé de nombreux témoignages de cet épisode de l’histoire boulonnaise : l’hôtel Désandrouin curseur-icone, ou palais impérial, dans la ville fortifiée, et le château de Pont-de-Briques, lieux de résidence de l’empereur ; le bassin Napoléon ou encore la poudrière curseur-icone, établie au sommet de la falaise. Boulogne fut par ailleurs le théâtre de la première remise des croix de la Légion d’honneur, effectuée le 16 août 1804, et que commémore la stèle dressée dans le vallon de Terlincthun. Immédiatement après, sous l’impulsion du maréchal Soult, la colonne de la Grande Armée était érigée en hommage à l’empereur.

Lire la suite : http://www.ville-boulogne-sur-mer.fr/decouvrir-boulogne/sur-les-pas-de-napoleon

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.