A la bib : Coup de coeur lecture : « Une part de ciel  » – Claudie Gallay

9782330022648« Une part de ciel » – Claudie Gallay –  Actes Sud – Ouvrage disponible à la bibliothèque (fonds propre).

Sur le site de l’éditeur : « Aux premiers jours de décembre, Carole regagne sa vallée natale, dans le massif de la Vanoise, où son père, Curtil, lui a donné rendez-vous. Elle retrouve son frère et sa sœur, restés depuis toujours dans le village de leur enfance. Garde forestier, Philippe rêve de baliser un sentier de randonnée suivant le chemin emprunté par Hannibal à travers les Alpes. Gaby, la plus jeune, vit dans un bungalow où elle attend son homme, en taule pour quelques mois, et élève une fille qui n’est pas la sienne. Dans le Val-des-Seuls, il y a aussi le vieux Sam, pourvoyeur de souvenirs, le beau Jean, la Baronne et ses chiens, le bar à Francky avec sa jolie serveuse…

Dans le gîte qu’elle loue, à côté de la scierie, Carole se consacre à une traduction sur la vie de Christo, l’artiste qui voile les choses pour mieux les révéler. Les jours passent, qui pourraient lui permettre de renouer avec Philippe et Gaby un lien qui n’a rien d’évident : Gaby et Philippe se comprennent, se ressemblent ; Carole est celle qui est partie, celle qui se pose trop de questions. Entre eux, comme une ombre, cet incendie qui a naguère détruit leur maison d’enfance et définitivement abîmé les poumons de Gaby. Décembre s’écoule, le froid s’installe, la neige arrive… Curtil sera-t-il là pour Noël ? »
J’ai profondément aimé « Les déferlantes » et là j’ai plongé avec beaucoup de plaisir dans le rythme lent de la vie d’un bourg de cluse en Haute Vanoise, montagnes pentues, coupes d’arbres et ouvriers saisonniers, restaurant familier et juke box, neige drue, froid intense, lacs gelés, secrets de famille et anciennes haines, liens d’amour, personnages « montagnards » d’un village à l’ancienne en marche forcée vers le changement. Carole, au fil des jours remplis de petits faits, de traversées de rues, de marches dans la nature et de rencontres botaniques et animalières, va libérer sa parole, revenir sur le passé, notamment sur l’incendie de leur maison qui les a tous éprouvés pour repartir libérée et à sa place au Val-des-Seuls.
Hélène
Extrait : « … Après l’enterrement de notre mère, Curtil nous a dit qu’il allait faire un tour. On avait l’habitude. Dans notre enfance déjà, il nous quittait pour ailleurs. On restait des semaines sans nouvelles. Et puis un matin, le facteur apportait à notre mère une boule de verre avec un paysage en plastique à l’intérieur. « Curtil revient », elle disait. Elle ne disait pas votre père, elle disait son nom, Curtil. Des fois, elle ne disait rien, on voyait la boule sur la table, pas besoin de plus, on comprenait.
La boule annonçait son retour. C’était une question de jours. Notre mère se préparait, elle ouvrait ses armoires, sortait ses robes, choisissait la plus belle. Elle recouvrait ses ongles d’une couche laquée, un rouge magnifique qu’elle achetait au supermarché et qu’elle appelait son « Chanel ».
Chaque matin, elle préparait un gâteau. Immuablement le même. A base de chocolat.
Elle en confectionnait un nouveau chaque matin et nous abandonnait celui de la veille.
Celui-là seulement.
Parfois, Curtil tardait à revenir et on n’en pouvait plus de ces gâteaux répétés, on les donnait même aux copains. Aux chiens. Aux mendiants. Et quant eux-mêmes n’en voulaient plus, on les déposait dehors, en pile contre le mur. Je les regardais moisir….
… Curtil revenu, la vie reprenait. Tant qu’il était à la maison, la dernière boule restait sur la table. Il pouvait s’attarder longtemps au point que je pensais parfois qu’il ne repartirait jamais.
Et un jour, il repartait.
Il repartait toujours.
Notre mère l’excusait, elle disait : « C’est les démons qui l’obligent ! »
Elle retirait alors la boule de la table et la reléguait dans sa chambre avec toutes les autres…« 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.