MJ Masson : Souvenirs de gosse (9)

Notre grand reporter perrotin et d’ailleurs, d’ailleurs, nous fait le grand honneur d’une chronique de “souvenirs de gosse”. Les illustrations sont issues des trésors de Michel Jack auquel La fargussienne et ses lecteurs du monde entier adressent un chaleureux M.E.R.C.I !

Souvenirs de gosse (9) :

Eclairage public ancienEt puis, le village se modernisant, notre vieux chemin de terre était devenu une route pierrée, l’étape suivante ne pouvait être qu’un goudronnage. L’entrepreneur, le même que celui qui avait retourné et pierré le chemin, relança ses machines qui défoncèrent à nouveau notre petit chemin, mais cette fois-ci elles étalèrent un ruban noir répandant une odeur à faire fuir les loups du bois. On s’en ai posé des questions, allions-nous devoir supporter cette odeur définitivement ? Par contre, c’était fini les pieds dans l’eau, plus d’énormes flaques débordant des fossés (je crois que la route avait été légèrement rehaussée par rapport aux champs).

Il y avait eu une autre modernisation : la municipalité avait fait installer trois lampes qui fonctionnaient presque toute la nuit. Il y en avait une au début de la route, une juste en face de chez nous et une autre à la fin de la route, pratiquement au Roseau. Ainsi, le soir après l’école, (dans ma jeunesse, l’hiver, il faisait nuit pour la sortie des classes, était-ce dû à l’horaire ancien ?, rappelons que nous avions une heure d’avance sur notre fuseau horaire du fait de l’adoption de « l’heure allemande » durant et après la seconde guerre mondiale) c’était formidable, lorsqu’on abordait la route on voyait au loin « notre » lumière, et puis, trouvaille de gosse, on se disait qu’en cas de tempête de neige on ne pourrait pas se perdre…

Mais modernisation égale aussi tentation. Comme les hommes préhistoriques sortant de l’animalité, nous avions inventé « le lance-pierres », quoique nous utilisions les billes de terre cuite gagnées à la récréation, et c’était amusant de voir voler en éclats les magnifiques ampoules à vapeur de mercure. On était assez adroit, il faut le dire. Jusqu’au jour où le malheur arriva, notre cousin s’est fait prendre au cours de son exploit. Il s’est rappelé pendant très longtemps de la cérémonie que son père (tonton) lui a réservé lorsque la facture est arrivée au bout de la min du Garde champêtre, seigneur, une lampe à vapeur de mercure c’est nettement plus cher qu’une ampoule de 80 watts. Nous, nous avons immédiatement cessé nos exploits…

À suivre…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.