Lettre à mon père (3) – Roland Bideau

Lettre à mon père (3)

« Heureux qui sur ses bords peut longtemps s’arrêter ;

Heureux qui la revoit, s’il a dû la quitter. »

Les origines maritimes de la famille paternelle – Roger, le frère de mon père, de trois années plus jeune, les figure clairement dans ces lignes écrites à mon père de Quiberon, où il accomplit son service militaire. Roger, et son sens de l’entreprise. Roger, son assurance et son sourire éclatant.

Et puis cette photo prise au lycée de Riom en 1927 – Une classe de terminale – Mon père au premier rang – Les lunettes rondes – La stature droite, attentive, l’esprit en éveil et sûr de ses compétences – Un visage mûr, déjà totalement adulte, et qui changera peu au cours des années.

Ces années vécues à Tansac, près d’Auzat-sur-Allier – Le repas du soir, alors : un bol de soupe de légumes et de pain trempé – c’est tout.

Oui, un visage d’adulte exprimant cette vie intérieure qui se concrétisera, dans les années quarante, par l’engagement dans la vie clandestine , par les articles écrits dans le journal résistant havrais « L’ Heure H », dans l’anonymat. Quand les bombes américaines indiquent, selon le sifflement de leur chute, si elles vont tomber loin – ou non !

Photographie trouvée ICI, merci !

 

 

One thought on “Lettre à mon père (3) – Roland Bideau

  1. MERCI à la Chronique pour la publication – illustrée! – de la suite de ma Lettre –
    Très cordialement
    Roland

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.