Début des mémoires de l’ttcht

Ujourd’jui je vous écris sns l voyelle que je ne peux ps épeler. Une envie comme ç. Oui, c’est moi, Toureg le Mgnifik, un peu de mou dns le cerveu en cet vnt-dernier jour d’vril. Des souvenirs d’enfnce m’ssillent de tous côtés : je suis tombé sur mon crnet de snté et, stupeur et tremblement, je seris né illeurs que l` où je croyis, moi qui ne connis u monde que Lyon et Uffrgis !!! Enfin qund je dis Lyon c’est lrge, je précise : l Croix Rousse et Cluire-et-Cuire, voil tout est dit, vous svez tout de moi, ou presque.

Né quelque prt, orphelin de nissnce, je fus tôt dopté pr mes premiers mîtres et, près quelques temps dns un pprtement qui me déplisit fort et que j’rrosis bondemment, nous déméngmes tous ` L Croix Rousse où nous restmmes quelques temps encore vnt de nous instller juste en fce du Mont-Blnc. L j’étis bien mis voil il fllut que m mîtresse gonfl^t. Mnu militri je fus déméngé sns mengement ` Uffrgis, l où je coule toujours des jours pisibles, enfin j’essie. Je me suis fit des potes plce et sur l toile, Cnnel, Milton-Edourd, Spirou (enfin lui ps trop) et enfin Gribouille ; vec l Cheffe et le frgussien mrcheur, ç v. Surtout je psse mon temps `ttendre que les 7 nins débrquent encore !

Mis ujourd’hui le blues me trudit et je voulis prtger mon émoi. Chose fite.  Bon dimnche, signé Toureg-le-M.

PS la prochine fois je sute le O !

2 thoughts on “Début des mémoires de l’ttcht

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.