Message de moi, l’attachat : « Trois petites choses à vous dire… »

Deux ou trois choses à vous dire :

1) invasion totale de mains potelées (7 nains = 14 mains) et j’avoue, trop de papouilles ça tue les papouilles. Le malaxage, très peu pour moi, pffffffffff. En plus des nains, faut s’occuper des 4 poules de mon pote Milton (j’te passe les poissons, les chats et tout le reste) et, si j’te cause des poules c’est passke la cheffe devient dingo et, pour une fois, pas à cause de moi. Et qu’elle va les coucher et qu’elle rentre toute rouge en disant « y’en a une – censuré – qui me regarde et qui dit va te faire voir je fais que ce que je veux et que même que j’ai le droit, moi poulette n° 3, de vouloir me faire bouffer par le renard, si que j’ai droit et non que je ne rentrerai pas dans le poulailler cette nuit point barre ».

Alors la cheffe elle y retourne à la nuit vraiment tombée et elle revient encore plus rouge. Pas trouvée, l’indisciplinée. Alors on passe une nuit blanche à nous inquiéter. Au petit matin vite on zieute par la fenêtre et ouf la – censuré – poule est là. Bref, pour vous dire que tout ça, c’est lourd pour moi, je n’ai pas les épaules bâties pour autant de responsabilités. Heureusement hier mes petits potes ont construit, dans un carton, une porte menant vers un autre monde. J’ai dû me gourer de sens, rien de neuf…

2) une grande copine à moi m’a apporté un paquet-cadeau avec trois boîtes de délices à sssschlurpiter délicatement. Je sssschlurpite, merci m’dame Cannel. L’a bien fait, ce soir là c’était crep-party, j’aime pas les crep, surtout celles au chocolat fondu / banane / chorizo / gruyère râpé.

3) un message de mon pote Gribouille : « Fô qu’j’te raconte ma dernière blague (qui, apparemment, ne fait pas rire tout le monde !) : depuis hier matin, j’arrête pas d’ouvrir le réfrigérateur, je sors plein de trucs que je vais tenter (jusqu’à ce qu’on me prenne sur le fait) de « bouffer » sur le tapis de l’entrée (j’l’adore ce tapis, j’y fait plein de bêtises !).

La 1ère fois, on m’a rien dit, ma môman pensait qu’elle avait mal refermé l’engin ; depuis, on m’a vu faire, alors, j’me suis fait gronder (m’en fout), mais j’ recommence ! hier soir, ils avaient mis un truc vachement lourd devant la porte, j’ai eu du mal, mais quand mon grand frère est rentré, j’étais installé sur mon tapis avec une boîte de crème fraîche et un paquet de gruyère râpé : c’était booooooooooooooon !  Depuis, ils ont installé un machin élastique pour coincer la porte, fô qu’j’étudie ça de + près ! Voilà mes dernières nouvelles. Je t’espère en forme. A bientôt, mon pot’ !!!!!!!!!!!!! »

PS « la suite… M’aura fallu une nuit et une matinée pour déjouer le piège du tendeur, mais c’ayé, j’ai réussi à leur re-piquer ce qui restait du râpé (je m’en lèche encore les babines). Z’étaient pas contents du tout ! Là, je crois qu’ils attaquent un gros chantier… ça va pas être facile… J’te raconterai..« 

Vouais ça va, merci Gribouille, ça va, à part le dos et les responsabilités, ça peut aller.

One thought on “Message de moi, l’attachat : « Trois petites choses à vous dire… »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.