Roland se souvient : épisode 16

Auffargis, ces années-là…

Evoquer, raconter, partager, sublimer… après n’avoir pas su partager.

Flaubert écrivait la nuit, à coup de bols de café pour se tenir éveillé. Evoquer Auffargis, raconter mon adolescence, partager les souvenirs parfois poignants, sublimer l’incompréhensible. J’écris sans difficulté, parce que vous êtes là. Voila un merveilleux partage.

Mon père a fait l’acquisition d’une 203. Nous sommes en 1954, l’été où mes parents avaient loué dans les Vosges. Les desserts de myrtilles sont cueillis dans les sous-bois, et savourés sur la grande table, dehors, au bord du chemin. Un de mes frères va chahuter avec la fille d’un voisin… Le cinéma ambulant de Luvigny passe des films de Fernandel : les péripéties de Don Camillo, grand rival du Maire de son village.

Et le groupe de copains d’Auffargis, sélectionné par l’instituteur, prépare l’examen d’entrée en 6ème. Je me rends à l’école à bicyclette.

Vous voyez bien que les souvenirs ont leur propre vie !

Si l’école d’Auffargis m’a marqué, c’est que je l’ai retrouvée à Epineuil-le-Fleuriel, dans ce village du Cher où l’école a conservé son cadre des années 1910, celle d’Alain Fournier.

Et puis, sans crier gare, ma mémoire fait un saut de quelques années, et me ramène sur les bords du lac de Constance, où je passais les étés après la terminale. Et où je fauchais des prés entiers, pour ainsi dire seul.

Mais vous êtes là !

A suivre…

Le village de LuvignyLe village de Luvigny

3 thoughts on “Roland se souvient : épisode 16

  1. Deux épisodes, et ces photos! Merci, Chère Modératrice!
    Reporter Roland

  2. Et Flaubert, aussi, utilisait une petite pièce pour « gueuler » ses phrases… Qu’il appelait son gueuloir. As tu un gueuloir, Roland ? Un endroit où hurler tes souvenirs ? Pour qu’ils te reviennent à l’oreille afin de les revivre encore et encore 😉

    Se rendre à l’école d’Auffargis à bicyclette… je l’ai fait récemment, en tant qu’instit, seule, puis avec ma fille aînée… malheureusement, le nombre de voitures et leur vitesse (si peu respectent la limitation…) nous empêche vraiment d’y aller sereinement. Quand j’étais petite, nous allions tous à l’école à pied… Aujourd’hui, cela ne se fait plus : on fait des dépose-minute, et c’est le ballet des voitures et son lot de stress, de pollution et de danger devant le portail de l’école tous les jours (moi la première… pfffff!!!).

    Je me souviens, alors que mes parents habitaient (et habitent toujours) le coin de la rue de la chicane et de la grande rue, et donc tout près de l’école, que je faisais le grand détour par la rue de la chicane, rue des vaux de Cernay, église, puis je remontais la grande rue jusque chez moi, pour pouvoir être plus longtemps à marcher avec mes copines dans les rues avant de rentrer…
    Je regrette parfois la tranquillité d’alors du village… 🙁

    L’examen d’entrée en 6ème : je me souviens quand j’étais en CE1, certains le passaient… Ca me paraissait très difficile, et très lointain… Ils étaient grands, ceux qui préparaient ça (sélectionnés par Mme Shwalback…), tout comme la petite école derrière la mairie me paraissait immense (quand je la vois maintenant… 😉

    Merci Roland, de tes écrits, qui m’intéressent, et qui font remonter tous ces souvenirs de notre cher village 😉

    Fanchette
    PS. Pour les autres lecteurs, on peut leur dire que j’ai retrouvé une photo de tes yeux de jais ??? 😉

  3. Eh bien, chère Fanchette, non, je n’ai PAS de ‘gueuloir’ – ma mémoire me suffit , car un souvenir en éveille un autre…passionnant –
    Merci pour ta contribution et ton intérêt pour ma chronique –
    La photo de mes ‘Yeux de jais’ ? – Disons que c’est devenu ma mémoire à moi? – Mais il fallait le dire -Et si elle tombe sur ces lignes, gageons qu’elle se reconnaîtra…-
    Bon courage pour ta gestion de l’Ecole! Un métier pas facile !
    Bien cordialement
    Roland

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.