L’attachat s’exprime sur l’immigration

Mon doux Seigneur, comme disait ma tante du Canada dans le temps, dans quel monde vit-on !!! Je sais bien que la terre ébullitionne, ne croyez pas que je n’y sois pas profondément sensible. Mais le quotidien, qui pourrait être si paisible, me fiche encore une grande claque sur la gueule (gueule n’est pas un gros mot dans mon cas), certains diraient pan sur le bec. Voyez donc :

L'intrus

Sur la photo c’est MA cheffe à moi. Et l’intrus. Dois-je en dire plus ? Ayant pris possession de MA fargussienne adorée d’un seul coup d’ailes (frouttt frouttt) , Pompon l’ado me les gonfle. Hier midi il s’est même perché sur l’angle du bûcher de ma voisine Aussie, surveillant du coin du bec notre repas sur la terrasse, croûuu croûuuu que je te nargue et t’empêche de manger en paix.

Réseau Education Sans FrontièresVu qu’il n’est pas expulsable (badgé RESF) je sens qu’il va falloir l’intégrer. Bon gré mal gré. Alors autant que j’y mette tout de suite de bon gré, non ?

Sur le plus long terme, j’ai une autre solution d’intégration : patience, les cuisses de Pompon vont se muscler, ça ne devrait pas être trop mauvais dans un mois ou deux, je vais voir si je peux organiser une pigeon-party avec les potes du secteur mais chut…

2 thoughts on “L’attachat s’exprime sur l’immigration

  1. Salut Touareg,

    c’est Héméra ta consoeur essarto-courbe
    voisienne qui vient d’apprendre le nouveau
    problème qui se pose à toi par ma cheffe à
    moi. Alors non seulement les mains potelées
    envahissent la maison et les environs sou-
    vent, mais un pigeon !

    Dur, dur la cohabitation ! Tu ne peux même
    pas imaginer ce qui m’est arrivé après plein
    d’années presque tranquilles (sauf la visite
    du gros matou blanc et noir d’en face, mais
    je crachais si fort qu’il fuyait, si, si), et bien
    est arrivé un petit truc gros comme moi
    mais qui s’est transformé en géante, et après
    une autre géante comme lapremière, à 4 pat
    tes aussi.

    Les ruses que j’ai du déployées pour les évi
    ter ou filer en vitesse (à mon âge) quand je
    me trouvais nez à nez avec une de ces qua
    si éléphantes….

    et bien, à peine mes stratégies bien établies
    catastrophe, des mains potelées, le même
    genre que celles que tu connais. Je ne t’en
    dis pas plus.

    Alors je comprends ton désarroi, elles exagè
    rent ces cheffes…

    Je vois bien une solution pour éloigner Pom
    pon, je te prête qq jours mes géantes à 4
    pattes, mais tu risques d’avoir la peur de
    ta vie, et ta cheffe et le marcheur feraient
    une drôle de tête en voyant l’état de leur
    jardin…..

    alors courage Touareg
    à une autre fois
    Héméra

  2. Héméra, euh… non merci de ta proposition, je te laisse volontiers les deux géantes, je ne m’y vois pas trop… Le Pompon est quand même moins volumineux ! La cheffe va t’écrire perso, bisous, Touareg-le-Grand

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.