Le château de l’Artoire, Les Essarts-le-Roi

Trouvé cet article intéressant à propos de l’Artoire sur le site de la mairie des Essarts : « A l’origine, le nom était Ritouar [*] – ce mot trouverait un sens d’étymologie gauloise et signifierait : près du gué – sans doute à cause d »un passage qui se trouvait sur le ruisseau qui s’écoulait au fond de la cavée. On trouve ce nom dans l’histoire dès le XIIIe siècle avec d’ ailleurs des orthographes variées
En 1313 on note que le fief de la Ritouère passe dans la dépendance de Jeanne Comtesse de Roncy de la Seigneurie de Rochefort, laquelle rendait hommage à Montfort. C’est au XVIe siècle qu’apparaît le nom de l’Artoire… »

La suite ICI, avec mes remerciements !

Le château de l'Artoire

[*] A noter que « ritouar », routoir » et autres déclinaisons désignent un lieu, en bord de ruisseau, où on mettait à rouir (pourrir pour séparer la tige de son écorce dure) le chanvre ou le lin cultivés localement.

6 thoughts on “Le château de l’Artoire, Les Essarts-le-Roi

  1. Ouahh….c’est que c’est super intéressant ,elle en sait des choses notre Fargussienne…….

  2. Merci Virginie c’est gentil ! D’ac, je continue…

  3. j’suis pas encore allée trainer mes pattes là-bas… mais dès que mes Maîtres seront absents, j’y galope… ouais qu’c’est intéressant.
    Informez-moi svp : ma Maîtresse a semé du Lin dans ses patates, vous croyez que j’aurais bientôt le ruisseau … puis la fibre pour filer et tisser, puis l’étoffe pour qu’Elle me fasse un manteau cet hiver… je rève!!

  4. Ben, je confirme, RITOUAR est un mot gaulois signifiant près du gué. Le ru Pessonnier qui passait au fond de la vallée et coulant vers Auffargis traversait en cet endroit la route pierrée romaine de Paris à Chartres. Ce qui donna « Villa Nova de Péréio in Aquilina » traduit pas le village du Perray dans le pays d’Yveline (sans s final). La construc-
    tion de la digue de l’étang de Port Royal (puis Pourras et enfin Saint Hubert), en 1685, a coupé ce petit ru qui n’existe plus. Il se jetait dans le ru des Vaux de Cernay. Port Royal car ces terrres appartenaient aux sœurs de Port Royal des Champs et leur ferme a été engloutie sous les eaux. Pour le chanvre, voir ROTOIRE au Perray.

  5. N’ayant pas eu assez de place, je continue mon commentaire.
    L’HMPY au Perray étudie avidement l’histoire du Perray et un article sur PORT ROYAL au Perray, de mon collègue Michel Mazet, sera publié par la SHARY (mais patience et longueur de temps font plus que force ni que rage). Quand ce sera fait Hélène, je t’en enverrai une copie.
    Merci pour tes félicitations pour la triste nuit du 19 mai…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.