Lecture(s)

Côté lecture, ici ça carbure. Deux biblis dont la nôtre ici au Foyer rural (j’adore) les deux regorgeant de gourmandises. Parmi les dernières dégustations :

  • La route – Cormack Mac Carthy – 2006 – (The Road in English) – Prix Pulitzer – Pas vu le film mais durablement impressionnée par les pages relatant la longue, pénible et très dangereuse marche d’un père et son fils vers la mer, après la grande catastrophe. Certains voient un espoir dans les pages de fin, j’ai bien du mal…
  • Le gardien du verger – du même – 1965 – (The Orchard Keeper in English) Extrait : « Dans la relative fraîcheur des bois, la sarigue et la muscadine fleurissent avec une obscène fécondité, et le parterre de la forêt – jonché de vieux troncs moussus, peuplé d’oronges vénéneuses, étranges et solennelles parmi les fougères et la vigne vierge et légèrement inclinées en arrière pour laisser voir leurs ouïes délicates de la teinte du foie cru – a quelque chose de primitif, marais carbonifères où parmi les fumées guettent d’antiques sauriens dans un simulacre de sommeil. » Une écriture charnelle, odorante, bruissante, bruyante, puissante d’évocations, je pourrais tout vous citer… Et bravo au traducteur !
  • Trois femmes puissantes – Marie N’Diaye – 2009 – Prix Goncourt – Magnifiques pages consacrées à Norah, Fanta et Khady Demba, pages à déguster une par une ; laisser reposer, reprendre, remettre sur le feu, repartir en arrière par plaisir, un régal de texte mais beaucoup de coups de poings dans le coeur et l’âme. Merci Madame.

Je ne vous raconte rien de ces trois livres car ils sont à notre bibliothèque du Foyer rural (deux secondes, je termine Le gardien du verger…)

La route, Cormack Mac CarthyTrois femmes puissantes, Marie N'DiayeLe gardien du verger, Cormack Mac Carthy

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.